relation a distance

Être amoureux sans vivre sous le même toit

La plupart des amoureux choisissent de vivre sous le même toit mais une petite majorité de couples décident de faire logement à part. Pour certains c’est une nécessité  mais pour les autres c’est un vrai choix personnel. On les appelle les couples non-cohabitants. Pour vivre heureux et faire durer leur relation, ces hommes et ces femmes préfèrent garder leur indépendance en ayant chacun un logement. Avec l’augmentation du nombre de divorces les couples se tournent davantage vers ce type de relation évitant ainsi les problèmes d’une famille recomposée. S’aimer en vivant chacun de son côté permet d’éviter la routine et les disputes qui peuvent être liées au quotidien. Beaucoup de ces couples durent grâce à cette non-cohabitation. Il s’agit d’une décision qui se prend à deux et qui doit être bien réfléchie car il faut une entière confiance en l’autre pour que la relation amoureuse soit épanouie.

Vivre chacun chez soi : une solution à l’amour durable ?

Incontestablement ces couples qui choisissent de vivre séparément conservent les bons côtés de la vie de couple sans les inconvénients. C’est un choix de leur part et ils ne souffrent pas de cette situation mais la voit plutôt comme un moyen de rester indépendants et de s’affirmer sans l’autre. Fini le temps où on ne faisait rien sans sa moitié ! Pas de comptes à rendre si on rentre plus tard que prévu. Ceci dit il faut une grande confiance en l’autre pour vivre pleinement et sereinement une telle relation sentimentale. Ne pas se demander sans cesse ce que l’autre fait et avec qui.  Si cette confiance est mutuelle alors vivre chacun chez soi permettra d’entretenir la flamme. Se séparer pour mieux se retrouver, mieux se désirer. Chacun a l’avantage d’avoir des moments de solitude ce qui permet de mieux se retrouver ensuite. Malgré tout le dialogue est primordial comme dans les autres couples qui vivent ensemble. Passer de bons moments avec l’autre est une chose mais être à son écoute est important pour partager aussi les moments difficiles.

Un grand nombre d’individus choisissent de vivre en couple, mais séparément. Les jeunes restent les plus intéressés par ce mode de vie. Vivre seul c’est supporter un minimum de contraintes, se réserver un espace particulier et du temps pour faire ce que l’on a envie. Si les amoureux ont la même conception de la liberté et de l’indépendance, la relation sans toit commun peut alors fonctionner, voire durer si aucun ne souffre de ce mode de vie. C’est à chacun de choisir selon ses convictions en ce qui concerne l’amour !

En couple mais chacun chez soi : avantage ou inconvénient ?

s'aimer sans vivre ensemble

Certes il y a des inconvénients à ce mode de vie à commencer par le côté financier. Il faut assumer deux loyers, donc deux factures EDF, deux redevances, deux assurances et idem pour la taxe d’habitation, etc… Sans compter les trajets supplémentaires pour se retrouver chez l’un ou chez l’autre. Il faut également une confiance sans faille pour éviter les prises de tête.

Les avantages selon ces couples non-cohabitants sont multiples. D’abord ils disent éviter les disputes liées au train-train quotidien : tâches ménagères, courses etc… La routine étant l’ennemi numéro 1 du couple.

Parlons aussi sexualité.  L’absence de l’autre décuple naturellement le désir sexuel. En effet quand on vit sous le même toit il y a comme une sorte d’obligation à faire l’amour pour maintenir l’épanouissement du couple. Dans ce cas précis les moments d’amour sont plus forts.

Pouvoir garder leur indépendance ainsi que de précieux moments de solitude sont aussi des côtés positifs qu’ils apprécient dans cette relation. Les retrouvailles n’en sont que meilleures et ce retrait peut permettre de préserver la flamme. Avoir un petit espace de liberté permet de ne pas étouffer… Être ensemble à des moments choisis réduit la routine, suscite l’envie de s’apprêter pour l’autre, de le séduire. Il y a donc beaucoup moins de risques de se lasser de l’autre.

Ces couples veulent pouvoir faire des choses en solo, s’octroyer des instants rien que pour eux. Beaucoup d’hommes et de femmes  vivant ensemble finissent par se plaindre de leur vie commune exprimant le manque de moments privilégiés. Après quelques années de vie commune malheureusement on finit par oublier que l’on doit prendre soin de l’autre et qu’il est important de continuer à se chouchouter, à se surprendre, à se faire des surprises… Rien n’est jamais acquit, ne l’oubliez pas et aimez votre moitié comme il se doit.

Ne pas vivre sous le même toit c’est ne conserver que le meilleur de la relation amoureuse : sorties, soirées en amoureux, week-ends… Chaque rendez-vous est une nouvelle rencontre où la séduction est renouvelée et permet de découvrir à chaque fois une autre facette de la personnalité de l’autre…

Vivre séparément n’est pas un acte égoïste mais plutôt un moyen de préserver l’autre. N’étant pas obligé de se supporter 24/24h, certains tolèrent mieux les problèmes de l’autre et sont plus aptes à l’écouter ou redoubler de confidences.

Ne pas vivre ensemble, c’est avoir rendez-vous tout le temps, c’est très agréable. L’autre nous manque, on l’imagine, on le désire.
Ce sentiment de manque n’existe plus lorsque l’on vit avec l’être aimé.
On entretient quelque part le fantasme perpétuel de celui ou celle que l’on aime. Pour beaucoup faire le choix de se retrouver est bien plus excitant.

Pour vivre heureux, vivons séparés !

Ces couples ne sont pas fusionnels et chacun a trouvé un équilibre dans la vie à deux, tout en préservant son autonomie. Ils ont défini ensemble leurs limites et leurs libertés respectives. Si la décision a été prise d’un commun accord c’est une relation qui semble-t-il est en mesure de fonctionner. La notion de « couple » est propre à chacun et finalement peu importe le mode de fonctionnement des amoureux. Le plus important est bien entendu l’amour qui les unit.


En France, 8 % de la population déclare être en couple sans vivre sous le même toit, soit presque 4 millions de personnes ! Et 40 % d’entre eux l’ont fait par choix !

Publicités